Seuls les oulémas peuvent déduire les prescriptions des textes religieux
Fatwa No: 41905

Question

J’ai lu un article de Djamal al-Banna dans lequel il résume l’obligation de revenir aux fondements de la religion et de délaisser tout ce qui existe en dehors de cela, c’est-à-dire mettre de côté les efforts d’interprétation des jurisconsultes et des oulémas depuis 14 siècles. Quelle est la réponse à ce genre de paroles ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

Il ne fait aucun doute que la référence première en Islam est le Noble Coran et la Sunna prophétique authentique. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

 

« […] Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement). » (Coran 4/59)

 

Le renvoi à Allah et au Messager signifie que l’on se réfère au Coran et à la Sunna, mais qui a dit que se référer à ces deux sources signifiait délaisser et abandonner toutes les opinions, les interprétations et les avis de nos oulémas et jurisconsultes et signifiait qu’il faille enterrer cette richesse jurisprudentielle qui est en vérité la plus importante richesse sur terre, en matière de science religieuse?

 

C’est comme si celui qui prétend cela était convaincu que ces jurisconsultes et oulémas s’étaient fondés sur autre chose que le Coran et la Sunna et qu’ils avaient donné leur avis sans aucune connaissance ni preuve, jusqu’à ce qu’il vienne au vingt-et-unième siècle, pour rétablir les choses, mettre les points sur les « i » et juger entre les gens sur ce en quoi ils divergeaient ou divergent encore.

 

Nous nous contenterons de dire, pour répondre à cette idée erronée, que si nous délaissons ce grand héritage qu’est la jurisprudence et que nous ne nous appuyons pas dessus, alors à quoi se référeront les musulmans pour leurs actes d’adoration et leurs relations sociales et commerciales ? À la compréhension de la personne mentionnée et à ceux de son acabit ? Dans ce cas-là, nous ne ferions rien d’autre que de remplacer al-Châfi’î, Mâlik, Ahmad, Abû Hanîfa, Is-hâq, al-Nawawî et ibn Taymiyya par ces gens ! Qui sont donc les meilleurs ??

 

Ou alors, chaque musulman, ignorant ou savant, s’en remettrait directement au Coran et à la Sunna et en déduirait de lui-même des règles. Or, chacun sait l’impossibilité d’une telle chose qui entraînerait inéluctablement le fait que chacun en irait de sa propre religion en fonction de sa compréhension des choses, de ses goûts et de ses idées. C’est alors que se réaliserait pour nous la parole d’Allah (sens du verset) :

 

« Ceux qui émiettent leur religion et se divisent en sectes, de ceux-là tu n'es responsable en rien : leur sort ne dépend que d'Allah. Puis Il les informera de ce qu'ils faisaient. » (Coran 6/159)

 

Nous implorons Allah d’affermir la vérité dans nos cœurs jusqu’à ce que nous Le rencontrions. Qu’Allah fasse miséricorde à nos oulémas et nous permette de les rejoindre au Paradis.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui