La banque augmente son taux de change à la fin de chaque semaine
Fatwa No: 423418

Question

Bonjour. J'ai échangé des devises à ma banque [au cours de la fin de semaine]. Toutefois, ma banque a établi cette règle au sujet de son taux de change [qu’elle l’augmente], à ce moment-là. Est-ce que c'est considéré comme du (intérêt usuraire) ? Si j'avais un fort sentiment que c'était du Riba, mais que je n'étais pas complètement sûr, est-ce que je suis quand même coupable d'avoir consommé du Riba dans ce cas ?
La règle établie par la banque sur le taux de change la fin de semaine est la suivante : du vendredi à 00h00 jusqu’au dimanche à 23h59, durant la fermeture des marchés Forex, la banque applique une légère majoration du taux au comptant. La banque prend le taux à partir du vendredi, à 00h00 et applique une majoration de 0,5% sur les principales devises ainsi que de 1,0% sur les autres devises. De cette manière, elle protège les entreprises contre les pertes potentielles dues à une forte fluctuation du taux. Pour les devises non liquides, le rouble russe et le baht thaïlandais, la majoration est de 1,5%.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :
Si la règle bancaire sur l'échange de devises la fin de semaine est d'offrir la devise à un prix plus élevé que le reste de la semaine, ce n'est pas du Riba (intérêt usuraire). L'exigence de l'admissibilité de cette transaction est la possession indirecte (qui se réfère à un État où une personne n'a pas la possession réelle, mais a le droit légal de contrôler un capital ou un bien) et l'un de ses exemples est une traite bancaire.
La résolution [à cet effet] par le Conseil de l'Académie islamique du Fiqh émet [ce qui suit] :
« Certaines des formes de possessions indirectes reconnues [comme acceptables], à la fois dans la Charî'ah (législation islamique) et ce qui est coutumier, sont énumérées ci-dessous :
1. Créditer une somme d'argent sur le compte bancaire d'un client, dans les cas suivants :
a) Lorsqu'une somme d'argent a été créditée au compte du client, soit directement, soit par virement bancaire ;
b) Lorsqu'un client conclut un contrat de vente de Sarf (échange) en achetant une devise pour une autre devise figurant sur son propre compte ;
c) Lorsque, sur ordre du client, la banque débite une somme d'argent de son propre compte et la crédite sur un autre compte dans une autre devise, soit dans la même banque ou dans une autre banque, qu'elle soit créditée ou non en faveur du même client ou de toute autre personne. Cependant, il faut que les banques gardent à l'esprit les décisions islamiques régissant le contrat de Sarf. Si un tel crédit prend un certain temps pour permettre au bénéficiaire de retirer le montant ainsi crédité, ce retard peut être autorisé, à condition qu'il ne dépasse pas la période habituelle normalement autorisée pour une telle transaction. Cependant, le bénéficiaire d'un tel crédit ne peut pas échanger la devise pendant la période autorisée, jusqu'à ce que le crédit prenne pleinement effet en permettant au bénéficiaire de retirer le montant. »
Et Allah sait mieux.
 

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui