La paternité d'un enfant illégitime.
Fatwa No: 75112

Question

Eclairez-moi s’il vous plait sur une chose qui me tient à cœur. J’ai laissé ma femme enceinte avec ses parents, après leur refus de la laisser partir avec moi avant qu’elle accouche. Quelque temps après, elle a accouché, sans assistance médicale, d’un enfant qui est mort deux heures après sa naissance. Depuis, je ne l’ai revu qu’une seule fois et je suis resté à une distance de 4 mètres d’elle. Mais je n’ai cessé de lui envoyer sa substance que le jour où on m’a envoyé un émissaire pour m’annoncer qu’elle est enceinte du fait de l’un de ses cousins (adultère). Cet enfant est né normalement 11 mois après le mien. Ma décision a été de la répudier et de ne pas accepter la paternité de cet enfant adultérin. Ai-je l’obligation d’adopter cet enfant parce que sa mère était légalement ma femme à l’époque de sa conception, sans qu’il y’ait eu de rapports biologiques susceptibles de créer une confusion. Est-il nécessaire de prononcer un Liâne, les deus époux se maudissant ? Les parents me font pression pour accepter cet enfant, mais je ne voudrais pas associer un adultérin à mes enfants légitimes. Eclairez-moi et conseillez-moi qu’Allah vous aide dans votre tâche.

Réponse

Louange à Allah. Paix et salut sur Son Prophète.

Cher frère

Comme cette affaire est une affaire de litige dont le sujet est la réfutation de la paternité d’un enfant et l’atteinte à la réputation d’une musulmane, il serait mieux de la porter devant un tribunal légal qui est plus digne d’examiner et de juger ce genre de litige.

Nous nous contentons de mentionner quelques règles générales :

1)      A l’origine, l’enfant doit être affilié au mari légal de sa mère. Car le Prophète, , a dit : « L’enfant au lit et à la prostituée les pierres » (N.T. : lit renvoie ici au couple légitime et plus précisément le mari et les pierres à la lapidation)

2)      Si l’époux est certain que l’enfant ne lui appartient pas il doit se hâter de le nier.

3)      La condition préalable pour que le Liâne puisse avoir lieu est l’empressement du mari à nier la paternité de l’enfant. S’il tarde à nier sa paternité sans excuse valable le Liâne ne pourra plus avoir lieu. Ibn Koudama dans son livre Al Moughni a cité comme exemple pour les excuses valables, le fait que le mari soit au courant de la naissance de l’enfant mais il ne savait qu’il lui appartient le droit de le nier ou il sait que ce droit lui appartient mais il ne savait pas qu’il devait le faire sur le champ. Cette excuse sera acceptée s’il fait partie du commun des musulmans qui en général ne connaissent pas ce genre de détails ou si sa conversion à l’Islam est récente.

4)      Il est illicite d’accuser un individu précis d’avoir forniqué avec une femme précise sans avoir une preuve légalement valable (quatre témoins qui confirme sa version des faits) qu’il a effectivement commis ce péché car la législation musulmane a prévu une sanction pour celui qui lance une telle accusation sans fournir des preuves sur la véracité de ses dires.

Et Allah sait mieux. 

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui