Souhaiter une joyeuse fête aux non-musulmans
Fatwa No: 82006

Question

Nous est-il permis nous,les musulmans, de féliciter les chrétiens à l’occasion de leurs fêtes, en leur disant par exemple : « Joyeux Noël » ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

Le musulman ne doit pas féliciter les non-musulmans à l’occasion de leurs fêtes. Les féliciter signifie que nous agréons leur mécréance, et quelle mécréance est plus grave que d’attribuer à Allah, exalté soit-Il, un fils ou de prétendre que 'Isâ, ‘, est Allah, exalté soit-Il, ou encore qu’Allah, exalté soit-Il, est le troisième d’une Trinité ?

 

Les féliciter signifie aussi que nous approuvons leurs rituels de mécréance. Ibn al-Qayyim, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit que : « Quant aux félicitations ayant trait à des actes cultuels, elles sont unanimement prohibées. Il s’agit, par exemple, de féliciter les mécréants pour leurs fêtes ou pour leur jeûne endisant : « bonne fête » ou « joyeuse fête » ou autres. Si celui qui félicite les mécréants ne tombe pas lui-même dans la mécréance, il commet un acte interdit. C’est comme s’il présentait ses félicitations à quelqu’un qui se prosterne devant une croix. C’est même plus grave aux yeux d’Allah, exalté soit-Il, et plus détestable que de féliciter quelqu’un pour avoir bu de l’alcool, tué une personne ou eu des rapports sexuels illicites, etc. Pourtant beaucoup de personnes se comportent de cette façon en étant inconscientes de la gravité de leurs actes. Quiconque félicite une personne qui commet un acte de désobéissance, une innovation ou une mécréance, s’expose à la Colère d’Allah, exalté soit-Il ».

 

Si les mécréants nous félicitent pour nos fêtes, nous ne devons pas de notre côté les féliciter pour les leurs, car nous suivons la Vérité, alors qu’eux, suivent le Faux. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Et quiconque désire une religion autre que l’Islam, ne sera point agréé, et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants »  (Coran 3/85).

 

Et s’ils nous félicitent à l’occasion de leurs fêtes, nous ne devons pas leur répondre, puisque ce ne sont pas nos fêtes. Et c’est Allah, exalté soit-Il, Qui accordele succès.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation