Désapprobation de recourir à l’abréviation de la formule de prière pour le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) par une ou plusieurs lettres en écriture
Fatwa No: 87365

Question

J’ai remarqué ces derniers temps que beaucoup de musulmans qui utilisent la messagerie électronique et le chat écrivent certaines formules islamiques de manière abrégée. Pour dire par exemple Assalamou ‘Alaykoum, ils emploient (A/’A). Cela est est-il permis ?Cela me rappelle une autre question que l’un de mes amis m’avait posée et qui est : « Est-ce qu’on peut résumer les formules islamiques en disant par exemple BP sur lui au lieu de (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

Abréger la formule de prière pour Prophète () de cette façon n’est pas permis comme l’ont indiqué les savants car cette formule comprend de nombreux bienfaits parmi lesquels le fait que :

- l'obéissance à l'ordre d'Allah (exalté soit-Il), la conformité à Lui dans la prière pour le Prophète () ainsi qu'à Ses anges, car Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Certes, Allah est Ses Anges prient sur le Prophète ; ô vous qui croyez priez sur lui et adressez-lui vos salutations. » (Coran 33/56).

- la multiplication de la récompense de celui qui l'accomplit, l'espoir que ses implorations soient exaucées, une raison pour l'acquisition de la bénédiction et la continuité de son amour () sa croissance, sa multiplication et la raison de guider le serviteur et de ranimer son cœur. Plus le serviteur prie pour le Prophète () et le mentionne, plus son amour gagne son cœur au point qu'il en détache toute contradiction à ses ordres et tout doute concernant ce qu'il a apporté..

Dans un grand nombre de hadiths authentiques, le Prophète () nous incite à répéter cette formule. Parmi ces hadiths, celui rapporté par Mouslim d’après Abû Hurayra, , où le Prophète () dit :

«Celui qui priera sur moi une fois, Allâh priera sur lui dix fois.» Il dit également :

« Ne faites pas de vos demeures des tombes; et ne faites pas de ma tombe un lieu de célébration et priez pour moi; car vos prières (vos invocations de bénédictions divine pour moi) me parviennent où que vous soyez. » (Boukhari)

Etant donné que la formule de bénédiction du Prophète () est prescrite durant les prières dans le Tachahhud, de même que dans les sermons, les invocations, les demandes de pardon adressées à Allah, exalté soit-Il, après avoir entendu l’appel à la prière, en entrant et en sortant de la mosquée, lorsqu’on mentionne le nom du Prophète () et dans d’autres situations encore, elle elle doit, absolument, être mentionnée lorsqu’on écrit son nom dans un livre, une étude, un message ou un article. Il faut donc l’écrire en entier comme Allah, exalté soit-Il, nous l’a commandé et ne jamais l’abréger en se servant des lettres mentionnées ou des symboles semblables auxquels certains écrivains et auteurs ont recours, vu que cela implique la désobéissance à l'ordre d'Allah (exalté soit-Il) dans Son Noble Coran, quand Il dit : «... priez sur lui et adressez (lui) vos salutations.». D'autant plus que ces abréviations ne réalisent pas l'objectif de ces prières et font disparaître le mérite apporté par l'écriture de la formule () toute entière. Il se peut que le lecteur ne s'aperçoive pas de ces abréviations ou n'en comprenne pas la signification. Il faut aussi ajouter que le fait de recourir à des symboles pour la désigner est fortement déconseillé par les oulémas qui vont jusqu'à mettre en garde contre cette pratique.

Ibn al-Salâh a dit, dans son ouvrage intitulé (`Oloum al-Hadîth) "les sciences du hadith" connu par (Al-Muqadimma)  "L'introduction d'Ibn al-Salâh" dans le vingt cinquième chapitre de son livre : (le Hadith et le moyen de la mise au point du Livre et ses restrictions), il a dit (je cite) :

Le neuvième : De veiller continuellement à écrire la formule () après la mention du nom de Prophète d'Allah (), sans se lasser de la répéter à chaque fois qu'il est mentionné, car il s'agit d'un des grands avantages que les étudiants de Hadith et ceux qui se chargent de l'enregistrer doivent se hâter à acquérir. Quant à celui qui néglige de l'écrire, il se prive d'un bien grand mérite. Nous faisions de bonnes visions pour les gens qui l'accomplissaient, car, l'écriture de cette formule représente une invocation que celui qui écrit confirme et non des paroles qu'il rapporte. Ainsi, il ne sera pas soumis aux contraintes imposées par la narration. Par conséquent, il ne doit pas se limiter à ce que comporte le texte original.

Cest aussi le cas avec les formules de louange d'Allah (exalté soit-Il) après la mention de Son nom, tels que (Qu'Il soit exalté) ou (Gloire et Pureté à Lui), ainsi qu'avec les formules semblables. Jusqu' à ce qu'il dise : Ensuite, il faut éviter deux manques en la confirmant : l'un: de l'écrire d'une manière incomplète, sur le plan de la forme, en ayant recours aux symboles ou en l'abrégeant à deux lettres ou autres, le second: de l'écrire d'une manière incomplète, sur le plan du fond, en omettant de mettre (wa Sallam).

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation