Viande d’un animal faisant l’objet d’une promesse votive et faire l’aumône discrètement
Fatwa No: 87393

Question

1. Est-il permis à une personne de consommer une brebis qu’elle avait destinée à une promesse votive ?
2- Je fais l’aumône autant que possible à des moments déterminés et je ne donne rien devant les gens car je crains la tendance du cœur à rechercher la flatterie. Toutefois, je me trouve parfois obligé de dépenser devant des gens, ce qui m’inspire un sentiment de culpabilité, bien que je sois obligé de payer l’aumône à ce moment-là en particulier à cause de la situation qui l’exige. Il m’arrive aussi de donner des choses à des gens mais je ne me sens pas satisfait car ce que j’ai donné ne subvient pas à tous leurs besoins et je me trouve alors affligé. Comment me débarrasser de ce sentiment de culpabilité qui me hante ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

1.   La bête faisant l’objet d’une promesse votive doit être donnée à qui elle était destinée par celui qui a formulé cette promesse. Si vous avez l’intention de distribuer sa chair aux pauvres et aux nécessiteux, vos devez alors le faire. Si vous avez l’intention de la distribuer à vos proches et votre famille, vous pouvez en consommer, étant donné que vous faites partie d’eux ; à moins que les us et coutumes impliquent de vous exclure ou que vous ayez eu l’intention de ne pas en consommer.

 

Mais si la promesse votive a été faite de manière générale sans déterminer un destinataire spécifique, elle sera alors traitée comme l’aumône et distribuée aux pauvres et nécessiteux et vous ne devrez pas, en l’occurrence, en consommer, à moins que les us et coutumes de votre pays impliquent que le vœu ait une portée générale et concerne son auteur, et que ces coutumes exigent que la personne qui a fait une promesse votive mange de la chose vouée. Le cas échéant, il vous sera autorisé, en vertu des coutumes prévalentes, à en consommer.

 

2.   En ce qui concerne l’aumône volontaire, il vaut mieux la cacher et ne pas la faire en public comme les autres actes cultuels surérogatoires car cela vous met à l’écart de l’ostentation, et ce, bien que le fait de la montrer soit autorisé. Allah, le Très Haut, dit à ce sujet (sens du verset) :

 

« Si vous donnez ouvertement vos aumônes, c'est bien; c'est mieux encore, pour vous, si vous êtes discrets avec elles et que vous les donniez aux indigents » (Coran 2/271)

 

Selon les oulémas, si le fait de donner l’aumône ouvertement comprend un intérêt conforme à la Charia et que vous vous sentez loin de tout sentiment d’ostentation, il vaut mieux, en l’occurrence, la faire ouvertement. Tel est par exemple le cas de celui qui veut donner un modèle à suivre dans le sacrifice et le don.

 

Par conséquent, nous vous conseillons de vouer votre intention exclusivement à Allah, de pas vous laisser influencer par les suggestions de Satan, car il cherche à vous affliger et vous détourner de faire le bien.

 

Etant donné que vous désirez faire l’aumône discrètement et que vous craignez l’ostentation, continuez à agir de la sorte et n’accordez aucune importance à ce sentiment (de culpabilité).                                                                                                                                                                                                                                             

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation