Méfiez-vous de la division et du désaccord et n'oubliez pas que l'union fait la force
Fatwa No: 89709

Question

Je suis avocat et défends la cause de l’islam au Sri Lanka depuis 25 ans. Je suis le fondateur du centre d’études islamiques dont l’objectif est de diffuser l’islam parmi les non-musulmans et fondateur de l’école Asl dans laquelle étudient actuellement 1000 élèves. Or, mes amis qui travaillaient avec moi depuis 20 ans ont commencé à s’opposer à moi et désirent se débarrasser de moi. J’ai résisté et tous les bureaux sont sous mon contrôle maintenant mais ils écrivent des lettres anonymes dans lesquelles ils nous accusent ma famille et moi et je pense que la Charî‘â (Législation musulmane) ne l’autorise pas. J’aimerais avoir une Fatwa détaillée à ce sujet pour la mettre dans notre magasine Al-Khiyâr parce que ce genre de lettres relève de la médisance. Il est vrai que ce moyen n’était pas pratiqué au temps du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) parce que peu de gens savaient lire et écrire et ce qui a lieu à présent est un phénomène des temps modernes. J’espère que vous m’accorderez votre aide.Les lettres anonymes sont envoyées à mes amis de l’Association juridique, aux juges, aux professeurs, aux parents d’élèves, au public et à mes voisins. Ils écrivent des poèmes grossiers où ils m’insultent moi et d’autres gens honorables, respectés par les musulmans comme les non-musulmans, qui s’occupent des affaires des musulmans au Sri Lanka.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Nous prions Allah de vous rétribuer pour ce que vous accomplissez en diffusant l’islam et en éduquant les enfants musulmans.

Vous devez savoir que le fait d’être unis est le meilleur moyen de diffuser l’Islam conformément à ces Paroles d’Allah (sens du verset) : « Attachez-vous tous fermement au pacte d’Allah, et ne vous divisez pas. » (Coran 3/103) La désunion est l’obstacle le plus grand à la propagation du bien et des vertus. Allah, glorifié soit-Il, dit (sens du verset) :
« Ne vous livrez pas entre vous à des disputes qui entameraient votre union et compromettraient vos chances de succès ! Soyez patients ! Allah est avec ceux qui font preuve de patience. » (Coran 8/46)

Al-Tirmidhî et d’autres ont rapporté que le Prophète () a dit : « Semer la discorde « rase ».  Dans une autre version il est dit : « Je ne veux pas dire qu'elle rase les cheveux mais qu'elle rase la religion.» (c’est-à-dire lui nuit).

Là-dessus, nous vous invitons à serrer les rangs, à être conscients de la responsabilité qui vous incombe, et à faire des efforts pour vous réformer avec une intention sincère. Allah, exalté soit-Il, réalise le désir de celui qui fait preuve de sincérité. Il dit (sens du verset) : « Si les deux veulent la réconciliation, Allah rétablira l'entente entre eux. » (Coran 4/35) Il n’y a pas de mal à demander l’aide d’intermédiaires parmi les bienfaisants et tous ceux dont vous pouvez espérer qu’ils contribueront à cette réforme. Peut-être qu’Allah en fera une cause de réconciliation à laquelle nous supposons que vous aspirez tous. Vous devez vous rappeler que les problèmes qu’il y a entre vous, dans ces pays où les musulmans sont en minorité, peuvent dissuader les gens d’adopter l’Islam. En effet ils doivent, pour être encouragés à embrasser l’Islam, voir en vous un bon exemple et sentir qu’il y a de l’amitié entre vous.

Si comme vous le dites certains de ceux qui travaillent avec vous ont diffusé des racontars à votre sujet, nous leur recommandons de craindre Allah pour eux-mêmes et leur religion et dans leur comportement avec leurs frères. Allah, glorifié soit-Il, dit (sens des versets) :

·        « Ô croyants ! Craignez Allah et dites des choses conformes à la vérité » (Coran 33/70)

·        « Dis à Mes serviteurs d'employer dans leurs propos des mots aimables, de peur que Satan ne sème entre eux la discorde, car Satan est l'ennemi mortel de l'homme.  » (Coran 17/53)

Ces frères doivent savoir que diffuser des racontars n’est pas digne d’un croyant mais d’un hypocrite comme le dit  Allah, exalté soit-Il,  à propos de la calomnie dont fut victime ‘A’icha (sens du verset) :
« ... et des propos que vous colportiez de bouche en bouche, sans en avoir aucune preuve, croyant que la chose avait peu d'importance, alors qu'elle revêtait une gravité exceptionnelle auprès du Seigneur. » (Coran 24/15)

Ensuite, s’il arrive qu’un musulman commette des actes blâmables, tout d’abord il faut les cacher et non les diffuser, conseiller cette personne et non la diffamer. La médisance d’un musulman et la divulgation de ses défauts est semblable à la propagation de la turpitude, qui est illicite par la parole comme par tout autre moyen comme les lettres anonymes.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation