Est-il licite d’accomplir la prière d’al-Dhuhr après celle du Vendredi ?
Fatwa No: 90365

Question

Est-il licite d’accomplir la prière d’al-Dhuhr après celle du Vendredi ? C’est ce que font certains imams au Cap, en Afrique du Sud. Je désire une réponse argumentée pour connaître la Vérité.

Réponse

Louange à Allah, et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

 

Si vous accomplissez la prière du Vendredi en observant toutes ses conditions, vous ne devez pas accomplir la prière d’al-Dhuhr après, car cela sera considéré comme une innovation religieuse. Le Prophète () et ses Compagnons accomplissaient la prière du Vendredi et n’accomplissaient pas la prière d’al-Dhuhr après. Et le Prophète () a dit : « Celui qui innove en matière de religion verra son innovation rejetée » (Boukhari et Mouslim).

En revanche, si vous découvrez que la prière du Vendredi que vous avez accomplie est invalide, parce qu’il manque l’une de ses conditions et que vous ne pouvez pas la refaire en tant que telle, vous devez accomplir la prière d’al-Dhuhr à sa place. En effet la prière du vendredi remplace cette d’al-Dhuhr et si elle est invalide, alors cette dernière reste une obligation.

Par ailleurs, les jurisconsultes ont jugé qu’en cas d’existence sans nécessité ni besoin de plusieurs prières du Vendredi dans une seul et même ville, la deuxième sera invalide, et si elles tombent en même temps, les deux seront invalides. L’auteur d’al-Zâd a précisé : « Il est illicite de célébrer la prière du Vendredi dans plusieurs endroits de la même ville, sauf en cas de besoin. Si cela est fait, c’est celle que l’imam a annoncée qui est valide. Si elles sont toutes deux annoncées, la deuxième sera invalide. Si elles sont célébrées en même temps, ou si la première n’a pas été annoncée, les deux seront invalides ».

Somme toute, l’accomplissement de la prière d’al-Dhuhr après l’accomplissement de celle du Vendredi est une innovation, car la première ne doit être effectuée le vendredi qu’en l’absence de la seconde.

Quant à la persévérance dans l’accomplissement de la prière d’al-Dhuhr après l’accomplissement de celle du Vendredi, cela est illicite et si les priants le font à cause de l’invalidité de la prière du Vendredi qu’ils ont effectuée, ils doivent absolument corriger leur prière pour qu’elle soit valide et pour qu’ils s’en rendent quittes.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation