Les djinns peuvent-ils détruire les plantes et couper les arbres ?
Fatwa No: 90651

Question

Je vis aux Etats-Unis et désire m’informer au sujet d’une chose qui a lieu dans ma maison que j’ai construite en Palestine. Cette maison est entourée de vignes, d’oliviers, de citronniers et autres arbres. Elle n’est pas complètement équipée, la peinture et l’électricité manquent encore mais nous avons remarqué une chose qui a lieu chaque jour et parfois chaque semaine. Quelqu’un vient couper les arbres, bien que nous ne voyions personne et que nous n’ayons aucun ennemi. Est-ce l’œuvre d’un djinn ? S’il en est ainsi, que faire ? Est-ce que les djinns agissent ainsi ? Mon frère vit dans une maison proche de la mienne et la même chose lui arrive. Elle a eu lieu chez lui auparavant et maintenant elle se produit chez nous deux.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.
Nous ne pouvons préciser ce qui arrive chez vous, mais nous disons que peut-être cela a lieu à un moment d’inattention de votre part, par jeu ou par envie. La personne ne connaît pas nécessairement tous ses ennemis et ce qui a lieu a peut-être une raison naturelle. Cependant, il n’est pas exclu que ce dont vous parlez soit l’action de djinns, car il a été rapporté authentiquement dans la Sunna que les djinns peuvent prendre des biens des êtres humains comme dans le hadith rapporté par Abû Hurayra : « Le Prophète () me confia la garde de la Zakat du mois de Ramadan. Un homme vint à moi et prit de la nourriture. Je le saisis et lui dis : « Je vais te conduire au Prophète () » Il me déclara alors : « Je suis indigent et j’ai une famille à charge, j’ai grand besoin de cela. » Je le laissai donc partir. Le lendemain, le Prophète () me demanda : « Abû Hurayra, qu’a donc fait ton prisonnier hier ? » ---« O Messager d’Allah, il s’est plaint d’être dans le besoin et d’avoir une famille à charge, alors j’ai eu pitié de lui et je l’ai laissé partir. » ---« Il t’a menti et il reviendra. », reprit le Prophète. J’ai su alors qu’il reviendrait, conformément aux dires du Prophète (). Je le guettai donc et il revint effectivement prendre de la nourriture. Je lui dis alors : « Je te conduis au Prophète (). » Il me dit : « Laisse-moi, je suis dans le besoin et j’ai une famille à charge, je ne reviendrai plus.» De nouveau, je le pris en pitié et le laissai partir. Le lendemain, le Prophète () me demanda : « Abû Hurayra, qu’a donc fait ton prisonnier hier ?» --- « O Messager d’Allah, il s’est plaint d’être dans le besoin et d’avoir une famille à charge, j’ai alors eu pitié de lui et je l’ai laissé partir. » ---Il t’a menti et il reviendra», reprit le Prophète. Je le guettai alors et, pour la troisième fois, il revint prendre de la nourriture. Je lui dis : « Je vais te conduire au Prophète () et cette fois-ci, c’est la dernière fois. Tu prétends ne jamais revenir mais tu reviens sans cesse ! » II me dit alors : « Laisse-moi, je vais t’enseigner des paroles qui, grâce à Allah, te seront profitables. » Je lui demandai : « Quelles sont-elles ?» --- « Lorsque tu rejoins ta couche, récite le verset du Trône (Coran 2/255), ton Seigneur te protégera et aucun démon ne pourra t’approcher jusqu’au matin, me déclara-t-il. » Je le laissai encore partir. Le lendemain, le Prophète, , me demanda : « Abû Hurayra, qu’a donc fait ton prisonnier hier ?» ---« O Messager d’Allah, il a prétendu m’enseigner des paroles dont Allah me fera profiter, et je l’ai laissé partir. » ---« Quelles sont-elles ? », me demanda le Prophète. --- « Lorsque tu rejoins ta couche, récite le verset du Trône jusqu’à la fin (Coran 2/255). » Et il ajouta : « Ton Seigneur te protégera alors et aucun démon ne pourra t’approcher jusqu’au matin. » Le Prophète () conclut : « Il t’a dit la vérité cette fois bien qu’il soit un menteur ! Sais-tu, Abou Houraïra, a qui tu t’es adressé par trois fois ?» ---« Non», répondis-je. ---« Il s’agissait d'un démon !», dit le Prophète. » (Boukhari)
Dans une autre version chez al-Tirmidhî il est dit que Abû Ayyûb avait une Sahwa où il y avait des dattes. Un démon venait en prendre et Abû Ayyûb se plaignit au Prophète () … Dans Fath al-Bâri, al-Hâfidh ibn Hadjar, qu'Allah lui fasse miséricorde, dit en énumérant les leçons à tirer du hadith : « Ils – les Hommes et les Djinns – volent et fraudent. »
Al-Sahwa est un endroit ombragé comme une tente et il a été dit que c’est une armoire ou une étagère comme cela est affirmé dans Fath al-Bâri. S’il a été prouvé qu’ils volent et trichent alors ils peuvent détruire les plantes et couper les arbres.
Les musulmans peuvent se protéger des démons par la récitation du verset du Trône comme cela est affirmé dans le hadith précédent et encore avec les évocations du matin et du soir, car elles comprennent les invocations qui protègent les biens et la famille, comme celle-ci :
«  Allahumma Inni As’aluka al-`Afwa wa al-`Aafiyata Fi Dîni wa Dunyaya wa Ahli wa Mâli (Seigneur, je T’implore de m’accorder le pardon et de protéger ma religion, ma vie mondaine, ma famille et mes biens). »
Il faut de même réciter souvent le Coran surtout la sourate al-Baqara (La Vache) conformément à ces paroles du Prophète () :
«  Ne faites pas de vos maisons des tombes (lieux où on n’accomplit pas les actes d’adoration), certes, le diable s’enfuit (ou se tient à distance) de la maison où l'on récite la Sourate al-Baqara (La Vache). » [(Mouslim)]
Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui