Un mari pieux désemparé face à une épouse désobéissante
Fatwa No: 293551

Question

Salam alaykum. Je suis marié et vie en France depuis 22 ans avec une femme de bonne famille. Mon épouse est tout ce qu'Allah a interdit : non voilé, non pieuse, pas de prière, aucune connaissance de notre religion (elle dit je sais, mais elle n'en sait rien), elle sort parfumée, maquillée, attirante, se mélange et discute avec les hommes, etc. Lorsque je viens avec le conseil, elle me tourne le dos et va sur internet pour discuter avec des hommes (!). Elle demande le divorce à chaque fois que j'essaie de la faire réagir, elle est désagréable dans ces mots qui blessent et qui font très mal.Bon maintenant, moi je supporte, je suis très patient (mon éducation de "blédard" (!) me dit-on, non c'est mon éducation depuis que j'étais enfant, pieu, réservé, loyal, honnête et responsable. J'endure tous les jours et je tiens le coup, en lisant le Coran et en priant pour son salut et le salut de mes enfants dans cette société.Ma question, pour les plus éclairés d'entre vous :Est-ce que je suis un pécheur en restant avec elle et en supportant tout cela. Quel est le degré de mon péché si elle n'accepte pas mes conseils et je n'ai qu'Allah à implorer pour la guider et lui ouvrir les yeux.Si je pars, elle sera perdue avec mes enfants dans cette société ! Et je porterai cela sur le cœur et ça me crèvera, car j'ai un cœur plein de miséricorde qu'Allah m’a donné.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Si cette femme est telle que vous l’avez décrite, alors elle commet de graves péchés et des transgressions infâmes, mais du moment que vous n’acceptez pas ces transgressions nous espérons que vous ne soyez pas pécheur en la gardant comme épouse même si elle mérite d’être divorcée.
L’imam Ibn Qudâma a dit dans « Al-Mughnî » quand il énumérait les genres de divorce : « […] le quatrième qui est désirable : lorsque l’épouse néglige les ordres d’Allah, le Très Haut, comme la prière et autres et qu’il ne peut l’obliger à les accomplir ou qu’elle ne soit pas chaste, l’imam Ahmad a dit : il ne faut pas qu’il la garde, car sa religion s’affaiblit. »
L’imam al-Hâkim a rapporté d’après Abû Mûsâ al-Ach’arî (Radhia Allahou Anhou) que le Prophète () a dit : « Trois personnes invoque Allah, mais leurs invocations ne sont pas exaucées : un homme qui vit une épouse de mauvais caractère sans l’a pas répudiée… ». L’imam al-Manâwî a dit en interprétant ce hadith : « S’il invoque Allah contre contre elle, il ne sera pas exaucé, car c’est lui qui se torture en cohabitant avec elle, alors qu’il a le pouvoir de s’en séparer. »
Toutefois, s’il y a un intérêt incontestable incitant à la garder comme d’avoir peur pour l’avenir de ses enfants, alors il n’y a pas de mal à la garder, tout en priant Allah, le Très Haut, de la guider et en continuant de la conseiller. Il n’est pas nécessaire que ce soit le mari qui la conseille, il peut déléguer des proches qui peuvent l’influencer et dont elle accepte les reproches, surtout concernant la prière, car certains oulémas considèrent l’abandon de la prière comme un acte de mécréance.



Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation