La question de l'intention dans le mariage
Fatwa No: 321001

Question

Assalam alaykum,
Je suis une femme divorcée trois fois par son premier mari puis je me suis mariée avec un deuxième mais avec l'intention d'être licite pour le premier mais je regrette et je me dis que c'est Haram et que cela ne me rend pas licite au premier. Du coup j'ai demandé le khoul’ à mon deuxième mari pour refaire un mariage sur une bonne intention. Est-ce que à la suite de ce khoul’ je pourrai refaire un nouveau contrat avec ce même mari en enlevant l'intention de me rendre licite ou bien ce sera toujours la même intention du début qui sera prise en compte ? Je veux refaire ce mariage comme ça si vraiment ça ne marche pas je pourrai revenir à mon premier mari sans avoir eu l'intention de me rendre licite pour lui. Est-ce que ce khoul’ peut se faire avec cette nouvelle intention. Autre question : si la femme se marie mais qu'elle n'arrive pas à se débarrasser de l'intention de devenir licite au premier mais qu'elle se dit qu'elle se marie avec lui et si vraiment elle n’arrive pas à oublier son premier mari elle lui reviendra, est-ce que cela c'est aussi du tahlil d'avoir cette intention de cette manière ? Et si le mari espère que sa femme puisse se marier et divorcer et qu'il garde cette intention en lui est-il un "mouhalil lahou" et pourrait-elle lui revenir ? Qu'Allah vous fasse miséricorde de me donner une réponse précise et surtout ne me renvoyez pas vers des anciennes fatwas, car ma situation est légèrement différente.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :


L'intention de la femme seule et l'intention de son premier de se rendre à nouveau licite l'un pour l'autre  n'ont aucune influence sur la validité du mariage de cette femme avec un deuxième mari, tant que ce dernier n'a pas l'intention de rendre cette femme licite à son premier mari.
L’imam Ibn Qudâma, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Si la femme (ou son tuteur) émet l'intention de redevenir licite (à son premier mari), mais que cela n'est pas l'intention du (nouveau) mari, cette intention n'a alors aucune influence sur le contrat de mariage... L'intention de la femme n'est pas prise en compte, car le Prophète () a dit : « Allah a maudit le Muhallil (celui qui se marie pour une durée déterminée à une femme prohibée à son ex-mari après avoir divorcé d'elle trois fois, afin de la lui rendre licite), et le Muhallal lahu (le premier mari qui cherche à avoir recours à ce genre de mariage pour pouvoir épouser à nouveau sa femme après avoir divorcé d'elle trois fois). »

De plus, un mariage n'est invalidé que par l'intention du mari, car la décision de la répudiation comme du maintien de la relation conjugale lui appartient. Quant à la femme, elle ne peut annuler ce contrat de mariage et son intention n'a donc aucun impact sur celui-ci.

Le livre intitulé Mukhtassar Khalîl fî-l-Fiqh al-Mâlikî mentionne : « L'intention de l'homme qui a répudié sa femme ainsi que l'intention de cette dernière sont sans valeur. »

Par conséquent, si cette femme a épousé cet homme sans émettre la condition qu'il la rende licite à son premier mari et que cet homme n'a pas eu cette intention, leur mariage est alors valide et la femme n'a pas besoin de demander le khul'. Au contraire, il lui est interdit de demander le divorce ou le khul' à son nouveau mari sans raison valable et elle doit vivre avec lui dans la bienséance. Ensuite, si cet homme la répudie ou vient à décéder, cette femme pourra alors retourner à son premier mari une fois sa période de viduité terminée.


Et Allah sait mieux.
 

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui