Durement battue par son mari elle se sent abandonnée par Allah et délaisse la prière
Fatwa No: 347812

Question

Assalam alykoum,Ma question pourrait tourner autour de la violence conjugale mais non elle traite de la foi en Allah. Je suis convertie et mariée depuis 6 ans, bien que mes intentions envers mon mari étaient bonnes je crains que souvent l’incompréhension linguistique et Chaytan ont été la principale source de conflit entre nous, car nous avons tous les deux des intentions comment je dirais blanches l’un envers l’autre. Cependant mon mari a un caractère vif malgré sa crainte d’Allah et il m’a souvent frappé au point de me laisser des marques et d’autres petites séquelles la plupart du temps il s’agissait d’un seul coup mais bien placé si je suis resté c’est à cause des pleurs qu’il avait en priant Allah de l’aider à changer ! Cependant en décembre 2015 Chaytan s'est bien joué de nous un coup de vent a fermé la porte alors que mon mari était déjà en colère et il a cru que c’était moi et ça a été plus fort que lui il m’a vraiment battue pendant plus de 20 minutes. J’ai vraiment cru ce jour-là que j’allais mourir en tremblant recroquevillé j’ai récité un long moment la chahada avec mon index droit convaincu que c’était fini. Je suis restée avec des séquelles physiques permanentes qui nécessitent une opération dans le futur pour peut-être y remédier partiellement. A ce moment, nous vivions à l’étranger en terre musulmane et sur le coup pas le choix de rester aucun endroit où aller. Mon mari s’est repenti et depuis il ne m’a jamais frappée, lorsqu'il est fâché il fuit et je l’accepte comme ça. Cependant une chose plus détestable encore s’est produite cette journée-là, je suis consciente que je suis probablement sortie de l’Islam, mais si je m’adresse à vous c’est pour y remédier. Ce jour-là j’ai éprouvé de la colère face à Allah. Il est écrit qu’Allah exauce la victime de tel acte, j’ai prié Allah durant cette agression que ça n’arrive pas, que ça s’arrête, mais les coups pleuvaient et ça continuait. Oh mon frère si j’ai éprouvé de la colère c’est à cause de ceci. Pourquoi Allah a-t-il laissé arriver ceci ? Ce qui m'a fait le plus mal c’est qu'Allah m inflige ceci mais pourquoi ? J’ai pleuré cette nuit-là sans trouver de réponse. Je me suis vidée de mes émotions. Je suis devenue vide et froide. J’ai cessé de prier car j’éprouve une douleur intense durant la prière et mes prières sont comme une récitation vide. Puis Allah me manque car malgré la colère je L’aime, je crois en Lui, je Le crains et par-dessus tout il me manque. Je me lève musulmane et me couche mécréante car chaque fajr je me lève je prie je me repends puis je n’arrive pas à prier le reste de la journée je fais mes ablutions de la nuit mes invocations du sommeil et c’est reparti. Même chose, je l implore chaque matin d’éloigner le mal qui m’empêche de prier mais ça revient chaque jour, étonnamment les gens qui m’entourent croit que je suis devenue plus pieuse car même si ma religion générale s’est améliorée personne ne sait que je ne prie presque plus. Mais je souffre à l’intérieur c’est le vide qui m’engloutit, je fais mes ablution puis je reste assise le regard dans le vide les larmes qui coulent, la douleur intense dans la poitrine sans prier pourquoi je n’y arrive plus ? Cela m'a pris beaucoup de temps avant d’admettre cette colère mais maintenant c’est pire je connais la grande miséricorde d’Allah mais qu'en est-il de Sa miséricorde pour celle qui ne prie pas ? Il me manque mais pourquoi je n’y arrive pas ? Pourquoi je souffre autant ? On m’a dit que peut être un Djinn s’était emparé de moi cette journée-là mais comment le savoir, les Djinns pour moi ça reste invisible et certainement méconnu je ne sais pas quoi en penser. Oh mon frère je ne veux pas finir en enfer je me repends sincèrement mais c’est plus fort que moi comme si quelque chose me maintenait assise. Le Coran aussi me manque je l’écoute chaque jour.

Réponse


Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Avant de répondre à votre question nous tenons à souligner que le comportement de votre mari n’a rien à voir avec l’Islam qui prône la justice en toute chose et interdit tout forme d’injustice même envers les animaux, le Messager d'Allah () nous apprend dans un hadith rapporté à la fois par Boukhari et Mouslim qu’une femme fut châtiée (en enfer) à cause d'une chatte qu’elle a maltraitée que dire d’un être humain. La maltraitance des femmes ne reflète pas les valeurs de l'Islam qui nous enseigne que le musulman est celui dont les musulmans sont à l’abri (du Mal) de sa langue et de sa main, et nous enseigne aussi de ne jamais nous mettre en colère, de ne proférer que des bonnes paroles et d'être juste. La maltraitance physique et/ou morale des femmes va à l'encontre du message qui a été révélé à notre Prophète Mohammed () qui a dit dans un hadith authentique « O Seigneur ! Je mettrai dans la gêne ceux qui s’en prennent aux droits des deux faibles : l’orphelin et la femme. » (Rapporté par Nasâ`î et Ibn Mâja et considéré comme Hasan par al-Albânî).
Nous lisons Dans le Coran :
« Et comportez-vous convenablement envers elles » (Coran 4/19)
« Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. » (Coran 30/21)

« Si vous avez de l'aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien. " (Coran 4/19)
Il y a de nombreux hadiths sur le comportement du Prophète () envers les femmes et ils sont tous loin très loin de ce que vous décrivez dans votre question, le Prophète () aimait beaucoup ses femmes et se comportait convenablement avec elles.
Aïcha, son épouse relate : "Jamais le Messager d’Allah n'a levé la main sur quelqu'un, ni une épouse, ni un serviteur. La seule occasion [où il utilisait sa main contre quelqu'un] était lorsqu'il combattait pour la cause d’Allah [contre des combattants ennemis]" (Mouslim).
Le Prophète () a dit : "Le plus parfait des croyants est celui qui a le meilleur caractère. Et les meilleurs d'entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes" (al-Tirmidhî).
"Le meilleur d'entre vous est celui d'entre vous qui est le meilleur vis-à-vis de sa famille (ahlih= épouse). Et je suis celui d'entre vous qui est le meilleur vis-à-vis de sa famille (...)" (al-Tirmidhî, Ibn Mâja).

Ainsi nous constatons que dans le Coran, dans les hadiths du Prophète et donc en islam la colère, la haine, la provocation de la douleur, l'engendrement d'une marque ou d'une blessure physique, sont des actes qu’Allah, exalté soit-Il, désapprouve sévèrement, et dont le Prophète () appui à plusieurs reprises, la gravité.

C'est bien pourquoi des juristes musulmans sont d'avis que la femme qui est battue ou maltraitée a le droit au divorce et qu'il lui suffit de porter plainte auprès du juge musulman (qâdî) ou toute personne ayant une autorité morale et religieuse au sein de la communauté musulmane locale.

Ceci dit, revenons à présent au sujet de votre question et en guise de réponse nous vous donnons les conseils suivants :

Vous devez veiller à accomplir vos prières obligatoires en leur temps et implorer l'aide d'Allah, exalté soit-Il, pour cela en Le suppliant et sans prêter attention aux suggestions du diable.
Vous devez aussi veiller à faire les invocations prescrites par la Sunna et à pratiquer la Ruqiya (exorcisme islamique) tout en vous en remettant à Allah, exalté soit-Il, et en plaçant votre confiance en Lui.

Vous devez aussi renouveler votre repentir. Sachez que tout ce qui arrive à l'être humain est le résultat du décret d'Allah, exalté soit-Il, qui procède de Son immense Sagesse et de Sa très grande miséricorde. En effet, Allah, exalté soit-Il, est plus miséricordieux envers nous que nos propres père et mère, et sait mieux que nous ce qui est dans notre intérêt. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

« [...] Or, il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose alors qu'elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu'elle vous est mauvaise. C'est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas. » (Coran 2/216).

Ibn al-Qayyim, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « En raison de son ignorance de ce qui est bon pour lui et de son ignorance de la Générosité, de la Sagesse et de la Compassion de son Seigneur, l'être humain ne connaît pas la différence entre ce dont il a été privé et ce qui lui a été réservé. L'être humain est épris des choses de ce bas monde, même si elles sont viles, et ne désire pas assez les choses de l'au-delà, même si elles sont d’un haut rang. »

Nous vous conseillons de veiller à fréquenter des gens pieux et vertueux ainsi que de vous rappeler souvent la mort et ce qui la suit. Méditez les versets d'Allah, exalté soit-Il, et reconnaissez Ses bienfaits et Ses grâces. Diversifiez les actes d'adoration et les évocations et divertissez-vous dans la limite de ce qui est licite tout en invoquant Allah, exalté soit-Il, avec insistance, car Son invocation est parmi les choses les plus bénéfiques qui soient.

Enfin, nous vous conseillons également de rester en contact avec la section « consultation » de notre site.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation