Faire des invocations pour une personne décédée ayant consulté un charlatan pour se soigner
Fatwa No: 351646

Question

Salam aleykum, C'est le cas d'une mère de famille. Elle souffrait d'une maladie inconnue. Inconnue puisque ses enfants ont fréquenté les hôpitaux, utilisé les plantes mais sans succès. Alors ses enfants l'ont amenée chez un charlatan qui consulta ses ''dieux'' pour savoir ce dont ladite femme souffrait. Apres quoi, ce charlatan lui demande d’accomplir les rites (étapes exigées lors des consultations) et celle-ci accepta. Mais, malheureusement, elle succomba à cette maladie. J'aimerais savoir s'il est permis dans ce cas de faire des invocations pour elle.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Ces enfants ont commis une énorme erreur en amenant leur mère chez ce charlatan, car toute relation avec des sorciers est totalement illicite. Le Prophète () a mis en garde contre cela en disant : « Ne fait pas partie des nôtres celui qui pratique la sorcellerie ou demande qu'on la pratique pour lui. » [al-Tabarânî (Albanî : Sahîh)]

Ibn Mas'ûd a dit : « Quiconque va trouver un voyant et croit en ses paroles aura certes mécru en ce qui a été révélé à Mohammed. » (al-Bayhaqî)

Les savants dirent que le sorcier, et celui qui lui demande de pratiquer pour lui la sorcellerie sont mécréants. Ils mentionnèrent que la croyance dans le fait que le sorcier connaît l'Inconnaissable (al-Ghayb) est un acte de mécréance majeure. Un exemple à cela est d'obéir aux ordres de ces sorciers lorsqu'ils demandent de se concilier avec les Djinns par des sacrifices ou tout autre acte d'adoration.

Par contre, celui qui ne croit pas en cela n'est pas considéré comme mécréant. En effet, on posa la question suivante au cheikh Ibn Bâz :

« Est-il permis de se faire soigner par un sorcier ou un voyant ? Est-ce considéré comme un acte de polythéisme qui rend vaines les bonnes actions ou pas ? »

Il répondit : « Il est interdit de se faire soigner par des sorciers et voyants, car le Prophète () interdit de se rendre chez les sorciers et voyants. Le Prophète () a dit :

• "Celui qui consulte un devin, verra sa prière rejetée durant quarante jours." (Mouslim)

• "Quiconque va trouver un voyant et croit en ses paroles aura certes mécru en ce qui a été révélé à Mohammed."

• "Ne fait pas partie des nôtres celui qui pratique la sorcellerie ou demande qu'on la pratique pour lui et celui qui pratique la voyance ou demande qu'on la pratique pour lui."

Il ne convient donc pas au croyant de se rendre chez un devin, un voyant ou un astrologue et il doit plutôt s'en méfier fortement. Il lui est interdit de les questionner et de les croire. Les questionner est blâmable, mais n'est pas un acte de polythéisme. Par contre, les croire dans ce qu'ils prétendent connaître de l'Inconnaissable est un acte de mécréance majeure, car Seul Allah connaît l'Inconnaissable. Par conséquent, quiconque prétend le connaître est mécréant, car cette connaissance est l'apanage exclusif d'Allah. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : "Dis : 'Nul de ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ne connaît al Ghayb (l'Inconnaissable), à part Allah.' [...]" (Coran 27/65) Seul Allah, exalté soit-Il, connaît donc l'inconnaissable et personne d'autre que Lui. »

Étant donné que cette femme est décédée et que nous ne savons pas si elle a fait cela par ignorance – la rendant excusable – ou pas ni si elle croyait que le sorcier connaissait l'Inconnaissable, la règle de base est donc de considérer qu'elle était musulmane et d'implorer le pardon d'Allah pour elle. En effet, quiconque est déclaré musulman avec certitude ne sort de l’Islam que par une certitude comme l'a dit le cheikh al-Islâm, qu'Allah lui fasse miséricorde.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation