Que laisse une grand-mère décédée à des petits-enfants dont les pères sont décédés
Fatwa No: 430705

Question

Salam aleykoum,
Ma grand-mère est décédée en laissant 8 enfants vivants (5 filles et 3 garçons) et 2 enfants décédés (2 garçons). Ces 2 garçons décédés ont des enfants.
Son mari (mon grand-père) est décédé il y a longtemps, et ses 2 garçons sont décédés après leur père.
Il y a une maison au nom de mon grand-père et des comptes bancaires au nom de ma grand-mère.
Question : les petits enfants des 2 garçons décédés hériteront-ils ? Si oui, quelles seront leur part dans les comptes bancaires et dans la maison ?
Merci d'avance pour votre réponse, les problématiques de succession étant très complexes, votre analyse nous sert énormément.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Nous avons compris de votre question que votre grand-père est mort avant deux de ses fils. Si tel est le cas les deux défunts ont une part de l’héritage de leur père comme le reste de ses héritiers et le fait qu’ils sont morts avant de recevoir leur part de l’héritage de leur père, ne leur fait pas perdre leur droit à l’héritage de ce dernier, mais la part de chacun d’eux passe directement à ses propres héritiers, dont fait partie ses enfants, qui doivent se la partager conformément aux règles de la Charia. Donc les petits-enfants de votre grand père et enfants de ses deux fils décédés après lui ont un droit dans l’héritage de leur père respectif, mais nous ne pouvons déterminer avec précision la part de chacun d’eux car cela nécessite de connaitre tous les héritiers de chaque défunt.
Quant au partage de l’héritage de votre grand-mère, ses deux fils décédés de son vivant n’ont aucun droit dans l'héritage de celle-ci, car quiconque décède avant une personne n'hérite pas de celle-ci. Et les enfants de ces derniers n’héritent pas de leur grand-mère du moment que la défunte a laissé un fils. Le droit successoral s’érige en effet sur des règles précises : ainsi les parents les plus proches excluent les parents plus éloignés dans l’ordre des successibles. Ici, la mère meurt alors qu’elle a des enfants et des petits-enfants. Dans ce cas, les enfants héritent alors que les petits-enfants n’héritent pas car les enfants sont placés avant les petits-enfants dans l’ordre successoral. Les premiers sont des parents de premier degré alors que les seconds sont des parents de deuxième degré.
Dans l’Encyclopédie koweitienne du Fiqh : « Les Fuqahas sont unanimes que le plus proche des agnats ('Asaba) a la primauté sur les autres dans l’héritage : le petit-fils n’hérite pas de son grand-père si ce dernier a laissé un fils vivant ou s’il existe un autre petit-fils plus élevé que lui dans l’arbre généalogique, et cela est fondé sur le hadith du Prophète () : « Attribuez les parts déterminées par le Coran à leurs ayant-droits puis ce qui en reste, attribuez-le à l’individu de sexe masculin le plus proche. » (Boukhari et Mouslim). »
Il est recommandé aux héritiers de donner une part de l’héritage de leurs parents aux petits enfants de ces derniers surtout s’ils assistent au partage de la succession et ce en vertu du verset : « Au cas où des proches [non-héritiers], des orphelins ou des infortunés assistent au partage de la succession, qu’on leur en donne une part, et qu’on leur adresse de bonnes paroles. » (Coran 4/8)

Et Allah sait mieux

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui