Un donateur est-il récompensé pour avoir payé une aumône continue à un intermédiaire si celui-ci s’en est emparé
Fatwa No: 45701

Question

Une somme d’argent a été payée en guise d'aumône continue pour la construction d’une mosquée mais la personne qui l'a perçue s’en est emparée et a quitté la mosquée. Le donateur sera-t-il récompensé pour cette aumône continue ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

L’avis prépondérant, et Allah sait mieux, est que si l’argent mentionné a été versé avec l'intention sincère de construire une mosquée et d'obtenir la récompense d’une aumône continue, et que la personne chargée de percevoir cet argent s’en est emparé et qu’il n'y a pas moyen de le récupérer, le donateur est pour avoir fait une aumône continue car il a fait ce que la Charia lui a enjoint de faire. Or, le critère en matière d'aumône est d'être en bonne santé et d'être en possession de son argent.

 

Selon Abou Hourayra, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète () a dit :

 

« Parmi les œuvres et les bienfaits du croyant pour lesquels il sera récompensé continuellement même après sa mort, citons : une science qu’il aura enseignée et propagée, un enfant vertueux qu’il aura laissé, un Mos-haf qu’il aura légué, une mosquée qu’il aura construite, un logement pour les voyageurs de passage qu’il aura bâti, le lit d'un cours d’eau qu’il aura creusé, ou une aumône qu’il aura donnée de son vivant quand il était en pleine santé. La récompense de tout ceci sera continuelle après sa mort » (Ibn Mâdjah)

 

L’argument que nous tirons de ce Hadith réside dans la phrase : « ou une aumône » qui a été interprétée dans l’ouvrage Charh Sounan Ibn Mâdjah comme suit : « C'est-à-dire une aumône qu’il a payée à une époque où il était en bonne santé, où il avait certes besoin de son argent et dont il avait la pleine possession ».

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation