Le comportement de votre mari envers vous n'a rien à voir avec l'Islam
Fatwa No: 87376

Question

Je suis devenue musulmane il y a quelques années et je suis satisfaite de cette religion qui applique les recommandations du Coran et de la Sunna du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam). Je me suis finalement mariée après avoir attendu longtemps car je suis au terme de la trentaine. J’ai essayé d’appliquer les recommandations de l’Islam en ce qui concerne les conditions du mariage comme la présence du Waliy (tuteur) et autres. Mon mari s’est engagé à faire son possible pour me rendre heureuse et pour créer des sentiments d’affection entre nous. Mais aujourd’hui après le mariage, je constate que mon mari n’a pas tenu ses promesses. A chaque fois que je lui fais la remarque il répond que je l’accuse d’être un menteur et il se fâche contre moi. Le plus grand problème entre nous est qu’il m’oblige à prendre des contraceptifs et me menace de divorce si je ne lui obéis pas. Je suis déchirée parce que je l’aime mais je sens qu’il m’oblige à faire ce qui est contraire à l’Islam. Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) nous a incité à avoir beaucoup d’enfants et a dit qu’il sera fier de notre nombre le Jour de la Résurrection.
Je pleure beaucoup en voyant mes amies enceintes. J’aime mon mari, mais je me sens injustement traitée et je ne sais pas ce que je dois faire. Je sais que la contraception est permise avec le consentement de l’épouse mais il refuse même l’interruption du coït et m’oblige à adopter des méthodes contraceptives qui coûtent très cher. Je n’aime pas le mécontenter parce que je ne veux pas être maudite par Allah, exalté soit-Il. Il ne s’occupe pas de moi financièrement, part souvent à l’étranger et je n’ai aucune nouvelle de lui jusqu’à son retour. Je me demande ce que je dois faire parce que je veux demeurer une bonne épouse.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

Félicitations honorable sœur pour votre conversion à l’Islam et nous prions Allah, exalté soit-Il, pour qu’Il raffermisse vos pas, et vous donne la sérénité et l’épanouissement. Amen.

En vérité, vous avez soulevé plusieurs points concernant votre mari et nous allons résumer les sentences relatives à chaque point. Premièrement, vous dites qu’il n’a pas tenu ses promesses d’avant le mariage. Il s’était engagé devant votre Waliy à faire ce qu’il pouvait pour créer des sentiments d’affection entre vous et il ne l’a pas fait. En fait, votre mari a l’obligation d’honorer ses engagements et de faire tout son possible pour vous rendre heureuse. Or, le bonheur s’obtient par l’obéissance aux ordres d’Allah, exalté soit-Il, et l’évitement de ses interdits. Il doit en outre bien vous traiter. Nous conseillons à ce mari de tenir ses engagements pour qu’il ne fasse pas partie des hypocrites. Car le Messager d’Allah () a dit :

« Trois signes dénotent l’hypocrisie chez celui qui en est affligé : Il ment lorsqu’il parle, manque à sa promesse et manque à ses engagements. » (Boukhari, Mouslim)

Vous en tant qu’épouse, vous devez l’aider à honorer ses engagements.

Deuxièmement, vous avez dit : « Il m’oblige à prendre des contraceptifs et me menace de divorce si je ne lui obéis pas…» C’est là une faute grave parce que le Messager d’Allah () a recommandé aux musulmans d’avoir beaucoup d’enfants. Votre mari n’a pas le droit de vous obliger à prendre des contraceptifs ni de vous menacer si vous n’obéissez pas à ses ordres. En effet, chacun des deux partenaires a le droit d’avoir des enfants. Il n’est pas non plus permis d’utiliser des contraceptifs qui empêchent définitivement la grossesse, car cela est en opposition avec l’essence même du mariage. Quant aux moyens de contraception temporaires, ils ne peuvent être employés que dans des cas approuvés par la Charia comme le fait que la femme soit malade ou incapable de poursuivre la grossesse et ce à condition que les deux époux soient d’accord.

L’interruption du coït est permise si l’épouse est d’accord, sinon, elle n’est pas autorisée car selon les imams Ahmad et Ibn Madja, qu’Allah leur fasse miséricorde d’après le hadith de ‘Umar, , le Messager d’Allah () a interdit d’interrompre le coït avec la femme libre à moins d’avoir son assentiment. Votre mari n’a pas non plus le droit de vous obliger à adopter des méthodes contraceptives coûteuses. De toute façon, il lui appartient de pourvoir à vos besoins. Ne dépensez donc rien si vous ne le souhaitez pas.

Troisièmement, vous dites : « Il ne s’occupe pas de moi financièrement  »  et nous trouvons cela très étrange parce que le mari doit obligatoiremet subvenir aux besoins de sa femme sans gaspillage ni parcimonie. Il doit fournir à sa femme la nourriture, les vêtements et le logement adéquats. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

« Que celui qui est aisé dépense de sa fortune ; et que celui dont les biens sont restreints dépense selon ce qu'Allah lui a accordé. Allah n'impose à personne que selon ce qu'Il lui a donné, et Allah fera succéder l'aisance à la gêne. » (Coran 65/7) Lorsqu’on demanda au Messager d’Allah () quels étaient les droits de la femme sur son mari, il a dit : « Tu la nourris lorsque tu te nourris et la vêts lorque tu le vêts,  tu ne frappes pas le visage, tu ne maudis pas et si tu désertes le lit conjugal restes quand même avec elle dans le foyer.  » (Ahmad, Abû Dâwûd)

Etant donné ce qui précède nous disons que votre mari doit subvenir à vos besoins même si vous êtes riches et avez un travail à moins que vous ne renonciez à ce droit. S’il ne le fait pas, vous pouvez demander le divorce. Cependant, nous ne vous conseillons pas le divorce et ces questions peuvent être résolues par le dialogue.

Quatrièmement : vous dites : « Il part souvent à l’étranger et je n’ai aucune nouvelle de lui jusqu’à son retour… » Nous disons, s’il part à l’étranger pour faire des choses qu’Allah, exalté soit-Il, a interdites son voyage est interdit et il doit se repentir mais si son voyage vise à accomplir un devoir licite, il n’y a aucun mal à cela. Mais il doit prendre soin de ne pas vous faire du tort en restant longtemps absent ou en vous laissant dans un lieu peu sûr. Dans ce dernier cas, il doit trouver une solution.

En dernier lieu, nous vous conseillons d’inciter votre mari à avoir un enfant. Dites lui qu’il n’a pas le droit de vous priver de progéniture, de vous obliger à utiliser des moyens de contraception que vous refusez et à assumer vous-même vos dépenses. S’il ne répond pas à vos appels, s’il continue à vous empêcher d’avoir un enfant et à vous obliger à dépenser votre argent, vous avez le droit de demander le divorce. Vous pouvez alors en informer votre Waliy et demander l’arbitrage du centre islamique le plus proche ou une organisation de bienfaisance de confiance.

Sachez chère soeur, que ce que fait votre mari n’a rien à avoir avec l’Islam et il n’est pas juste de porter un jugement sur cette religion en se basant sur le comportement de ce dernier et de ses semblables. Ce qu’il fait n’implique que lui et ne représente pas du tout l’Islam et nous demandons à Allah, exalté soit-Il, qu’Il le guide vers le droit chemin et qu’Il vous accorde tous les deux la réussite dans cette vie et dans l’autre.

Et Allah sait mieux. 

 

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui