Elle craint que son mari ne fornique
Fatwa No: 88298

Question

Je me suis mariée il y a cinq mois et j’aime éperdument mon mari. Un amour inconditionnel et sans contrainte, puisque je ne dépense rien ni m’achète rien avec son argent, car il dit que certaines femmes sont bonnes avec leur mari parce qu’elles convoitent seulement leurs argents. C’est la seule raison qui m’amène à éviter toute dépense avec son argent. Mais comme nous vivons dans un pays non islamique (aux États-Unis) et comme les amis de mon mari sont voluptueux et coureurs de jupons, je ne me sens pas en sécurité. Depuis quelque temps, il a commencé à parler des hommes qui frappent leurs femmes, a affirmé que cela était un mauvais comportement et qu’il n’y a pas de mal si l’homme passe une seule nuit avec une autre femme, car cela ressemble à la masturbation, à son avis. Depuis, je ne parviens pas à me concentrer dans mes études, bien que j’attende un examen important. Je l’aime d’un amour pur, d’autant plus que je l’ai épousé après avoir fait une Istikhârah, suivie d’un beau rêve qui m’a rassuré. Je ne veux seulement pas qu’il commette un mauvais acte, car je dois aller au Pakistan après trois mois et, ayant perdu son emploi, il doit rester seul aux États-Unis. Je soupçonne qu’il va commettre la turpitude, parce qu’il a commencé à inviter dans les restaurants ses ex-amies. Il est bon, compréhensif et ne me blesse pas, grâce à Allah, et je ne veux pas douter de sa fidélité. J’invoque fréquemment Allah, exalté soit-Il, et à chaque fois que j’ai des soupçons, je vois un bon rêve qui me rassure. Que dois-je faire ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Quant à l’entretien de l’épouse, le mari est enjoint d’assurer convenablement à son épouse la nourriture, le vêtement et le logement. C’est un devoir qui incombe au mari, car le Prophète () a dit : « Vous leur devez de pourvoir à leur subsistance et à leur habillement de manière convenable » (Abû Dâwûd et ibn Mâdja).

 

Et quand on l’a interrogé sur les droits de la femme sur son mari, il a répondu :

 

« Que tu la nourrisses lorsque tu te nourris, que tu la vêtisses lorsque tu te vêts, que tu ne la frappes pas au visage, que tu ne la rabaisses pas et que tu ne l’abandonnes qu’à l’intérieur du foyer » [Abû Dâwûd (Al-Albâni : Sahîh)].

 

Votre mari ne doit donc pas négliger ce devoir sous prétexte que certaines femmes sont bonnes avec leur mari parce qu’elles convoitent seulement leurs argents.

 

Quant à ses amis débauchés, sachez que la mauvaise compagnie est un péril qui menace l’âme et la religion du musulman car, comme l’a indiqué le Prophète (), elle ressemble pour lui au forgeron : « La compagnie de l'homme pieux et celle de l'homme mauvais sont respectivement comparables à celles du parfumeur et de forgeron. Pour le parfumeur, soit il te donne du parfum, soit tu en achètes, soit tu sens une bonne odeur en sa compagnie. Pour le forgeron, soit il brûle (le bout de) ton habit, soit tu sens une mauvaise odeur en sa compagnie.» (Boukhari).

 

Votre mari doit absolument s’éloigner d’eux, puisqu’ils seront des ennemis, le Jour de la Résurrection. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Les amis, ce jour-là, seront ennemis les uns des autres ; excepté les pieux » (Coran 43/67).

 

Quant à ses allégations, en disant « qu’il n’y a pas de mal à ce qu’un homme passe une seule nuit avec une autre femme, car cela ressemble à la masturbation », elles sont infondées et démontrent une ignorance extrême de la religion d’Allah, exalté soit-Il. Le fait de passer la nuit avec une femme non Mahram (qu’il n’est pas interdit d’épouser) est illicite et parmi les plus grands incitatifs à la fornication, à Allah ne plaise, alors qu’Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Et n’approchez point la fornication. En vérité, c’est une turpitude et quel mauvais chemin » (Coran 17/32). Et le Prophète () a dit : « Gardez vous d’entrer chez les femmes en l’absence de leur mari » (Boukhari). Comment donc ose-t-il prétendre que cet acte n’est pas une mauvaise chose, alors que c’est un péché extrêmement grave, qu’Allah nous en protège ?

 

Par ailleurs, l’invitation de ses ex-amies dans les restaurants est aussi illicite, car l’Islam n’autorise aucune relation entre un homme et une femme en dehors de l’ombrelle du mariage. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « … avec contrat de mariage, non en débauchés ni en preneurs d’amantes » (Coran 5/5). Et le Prophète () a dit :
« Nul homme ne doit s’isoler avec une femme sans la présence d’un Mahram. » (Mouslim).

 

Votre mari doit donc craindre Allah, exalté soit-Il, et se rappeler qu’il se tiendra sans vêtement et pieds-nus devant Lui lors d’un jour d’une durée de cinquante mille ans.

 

Pour votre part, chère sœur, vous devez, vous et un parent de votre mari lui rappeler Allah, exalté soit-Il, et Son châtiment sévère, car ce qu’il dit et ce qu’il fait est une désobéissance avérée qui exige le repentir. Ne désespérez pas et continuez à le conseiller et lui rappeler Allah, dans l’espoir de la ramener sur le droit chemin et de l’inciter au repentir.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation