L’interprétation du verset 110 de la sourate 17
Fatwa No: 90368

Question

Pour ce qui est du verset dans lequel Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Et dans ta Salâh, ne récite pas à voix haute; et ne l’y abaisse pas trop » (Coran 17/110), j’ai appris que selon les oulémas il s’agit de la prière nocturne. Comment ont-ils pu arriver à cette interprétation, alors que rien ne l’indique dans le verset ? J’ai lu une autre explication affirmant qu’il s’agit de l’invocation, sans rien à voir avec la prière, comme l’a dit Aïcha, qu’Allah soit satisfait d’elle, dans un hadith rapporté par Boukhari. Qu’en pensez-vous ?

Réponse

Louange à Allah, et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

 

Les oulémas ont divergé sur l’interprétation du verset dans lequel Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Et dans ta Salâh, ne récite pas à voix haute ; et ne l’y abaisse pas trop » (Coran 17/110). Selon certains, dont Ibn 'Abbâs, 'Ikrima et Qatâda, la Salât dans ce contexte correspond à la récitation dans la prière. Selon les autres, dont Aïcha, Makhûl, Sa'îd ibn Djubayr et une narration d’Ibn 'Abbâs, elle correspond à l’invocation. Un autre groupe a indiqué que le verset interdit de faire la récitation à haute voix dans les prières diurnes et de la faire à voix trop basse dans les prières nocturnes. Un autre encore a expliqué qu’il s’agit de la prière nocturne. Cette divergence est peut-être issue de la relation que les oulémas ont établie avec le contexte de sa révélation. Ceux qui ont dit que « … ta Salât » renvoie à la prière tablent sur le récit d’Ibn 'Abbâs, qu’Allah soit satisfait de lui, qui dit : « Ce verset a été révélé, alors que le Prophète () se cachait à la Mecque et dirigeait la prière de ses Compagnons en récitant le Coran à haute voix. Quand les polythéistes l’entendirent, ils insultèrent le Coran, Celui Qui l’avait révélé et celui qui l’avait transmis. C’est alors qu’Allah, exalté soit-Il, révéla (sens du verset) : “Et dans ta Salâh, ne récite pas à voix haute”, c’est-à-dire pour que les polythéistes n’entendent pas la récitation et n’insultent pas le Coran, “et ne l’y abaisse pas trop” (Coran 17/110), c’est-à-dire pour que tes Compagnons entendent » (Boukhari et Mouslim).

Ceux qui ont dit que « … ta Salât » renvoie à l’invocation arguent du hadith rapporté par 'Abdallah ibn Chaddâd, qui dit : « À chaque fois qu’un bédouin de la tribu de Banû Tamîm saluait le Prophète (), il invoquait Allah, exalté soit-Il, en disant : “Seigneur ! Comble-nous de chameaux et d’une progéniture abondante !”. C’est alors qu’Allah, exalté soit-Il, a révélé (sens du verset) : “Et dans ta Salâh, ne récite pas à voix haute” (Coran 17/110) » (Ibn Abî Chayba et Ibn Djarîr), car parmi les sens de la « Salâh » figure l’invocation. En outre, l’invocation constitue le contexte du verset en entier : Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Dis : “Invoquez Allah, ou invoquez le Tout Miséricordieux. Quel que soit le nom par lequel vous l’appelez, Il a les plus beaux noms. Et dans ta Salâh, ne récite pas à voix haute ; et ne l’y abaisse pas trop, mais cherche le juste milieu entre les deux” » (Coran 17/110).

D’après Aïcha, qu’Allah soit satisfait d’elle, le Prophète () invoquait Allah, exalté soit-Il, à haute voix en disant : « Ô Allah ! Ô Toi le Tout Miséricordieux ! ». Lorsque les Mecquois l’entendirent, ils affluèrent vers lui. C’est alors qu’Allah, exalté soit-Il, révéla ce verset (Ibn Abî Hâtem).

Abû Hurayra, qu’Allah soit satisfait de lui, a également rapporté des propos qui signifient que ce verset a été révélé à propos de l’invocation (Ibn Nasr et Ibn Mardaweih).

D’autres relatent que le contexte de la révélation de ce verset a été le suivant : le Prophète () trouva une nuit Abû Bakr, qu’Allah soit satisfait de lui, en train de prier à voix basse. Puis il trouva 'Umar, qui priait à haute voix. Lorsqu’il les interrogea sur la raison de leur attitude, Abû Bakr, qu’Allah soit satisfait de lui, lui répondit : « Ô Messager d’Allah ! Cela suffisait pour que Celui à Qui je m’adressais m’entende ». Et 'Umar répondit : « Ô Messager d’Allah ! J’ai voulu chasser le diable et éveiller celui qui sommeillait ». C’est alors que ce verset fut révélé, et le Prophète () dit alors à Abû Bakr, qu’Allah soit satisfait de lui : « Élève un peu la voix », et dit à 'Umar, qu’Allah soit satisfait de lui : « Baisse un peu la tienne ».

Ainsi il s’avère que chacun des Compagnons s’est appuyé sur un argument différent dans son interprétation, chacun étant pertinent, et il se peut que le verset puisse être interprété de toutes ces façons.

Ibn Djarîr a expliqué : « “Dis : 'Invoquez Allah, ou invoquez le Tout Miséricordieux. Quel que soit le nom par lequel vous l’appelez, Il a les plus beaux noms. Et dans ta Salâh, ne récite pas (ô Mohammed) à voix haute (le Coran, l’invocation et les requêtes que tu adresses à ton Seigneur, ainsi que les évocations que tu répètes, pour éviter les persécutions des polythéistes) ; et ne l’y abaisse pas trop (si bien que tes Compagnons ne parviennent pas à t’entendre), mais cherche le juste milieu entre les deux'” ».

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation