Un père de famille refuse de travailler pour subvenir aux besoins de sa famille
Fatwa No: 90558

Question

Dans le quartier où nous habitons, il y a une famille composée du mari, de sa femme et de trois filles. Le mari ne travaille pas depuis des années et refuse de travailler. Cela a poussé sa femme à quémander auprès de tout le monde afin de subvenir aux besoins de sa famille. Son père lui donne même de l'argent chaque mois. Bien que de nombreux frères soient allés trouver le mari pour le raisonner, il n'a pas changé. Aujourd'hui, sa femme donne toutes les excuses possibles afin de justifier la paresse de son mari, mais en tant que voisins, nous en avons assez de cette famille.
Pouvez-vous nous conseiller sur la manière de traiter cette famille paresseuse sans être trop durs avec eux ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Les savants s'accordent sur le fait que l'homme a l'obligation de subvenir aux besoins de sa femme et de ses enfants mineurs. Le Prophète () a dit : « Laisser les personnes à sa charge en proie au besoin est déjà un grave péché. » (Abû Dâwûd, Ahmad)

Votre voisin doit donc craindre Allah, exalté soit-Il, et s'efforcer de gagner de l'argent dans la mesure de ses capacités afin de subvenir aux besoins de sa femme et de ses enfants et d’assumer la responsabilité qu'Allah, exalté soit-Il, lui a confiée. Quant à celui qui le connaît, il doit lui rappeler ses devoirs envers Allah, exalté soit-Il, ainsi qu'envers sa famille et le fait qu'il lui est interdit de ne pas subvenir à leurs besoins en refusant de travailler et de les obliger ainsi à quémander. Ensuite, s'il s'obstine à refuser de travailler, sa femme a alors le droit de demander le divorce si elle le désire tout en examinant avec soin l’intérêt à le faire.

Quant à vous en tant que ses voisins, nous pensons que vous devez continuer à aider cette famille éprouvée par cet homme dans la mesure de vos capacités. Allah, exalté soit-Il, ne laisse pas perdre la récompense des gens bienfaisants. Espérez votre récompense auprès d'Allah, exalté soit-Il, car si vous arrêtez d'aider cette famille cela pourrait entraîner des conséquences fâcheuses comme la déviance des filles ou autre. Rappelez-vous la parole d'Allah (sens du verset) : « [...] Et très certainement, Allah ne fait pas perdre la récompense des bienfaisants. » (Coran 12/90)

Rappelez-vous également les recommandations d'Allah, exalté soit-Il, et de Son Prophète () en matière de bon voisinage et en particulier lorsque les voisins sont musulmans, car si le voisin est musulman il a deux droits : le droit du voisinage et le droit de l'appartenance à l'Islam.

Abû Dharr, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () lui a dit : « O Abû Dharr, lorsque tu prépares un ragoût, mets-y beaucoup de sauce et donnes-en à tes voisins. » (Mouslim)

Aïcha et ibn 'Umar, qu'Allah soit satisfait d'eux, ont rapporté que le Prophète () a dit : « Djibrîl n'a pas cessé de me recommander d'être bon à l'égard des voisins au point que j'ai cru qu'il allait leur donner droit à l'héritage. » (Boukhari)

Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit : « Celui qui soulagera un croyant d’un des tourments de ce monde, verra Allah le soulager d’un des tourments du Jour de la Résurrection. Celui qui facilitera les choses à quelqu’un en difficulté, verra Allah faire de même avec lui ici-bas et dans l’au-delà. Celui qui taira les fautes d’un musulman, verra Allah taire les siennes ici-bas et dans l’au-delà. Allah vient en aide à Son serviteur tant que celui-ci vient en aide à son frère. » (Mouslim)

Aidez donc cette famille comme vous le pouvez et Allah vous viendra en aide ; soulagez-les d'un des tourments de ce monde et Allah vous soulagera d'un des tourments de l'au-delà ; et taisez leurs fautes et Allah taira les vôtres ici-bas et dans l'au-delà. N'essayez pas de séparer cette femme et cet homme, mais que celui d'entre vous qui est capable de leur faire aumône le fasse et il en percevra certes sa récompense auprès d'Allah. Quant à celui qui ne leur fait pas aumône, qu'il ne leur fasse au moins pas de mal car cela aussi est une aumône.

Tel est le conseil que nous vous donnons. Nous implorons Allah, exalté soit-Il, de guider tout le monde vers ce qu'Il aime et Le satisfait.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation