La signification de la prestidigitation, sa pratique, son enseignement et le fait de gagner de l’argent grâce à elle
Fatwa No: 25403

Question

Un individu enseigne des tours d’acrobatie au sein d’une association éducative accueillant des enfants ayant de six à douze ans, et au début de ses tours il rappelle aux enfants la parole divine suivante : « Le magicien ne réussit pas, où qu’il soit », puis il dit la parole prophétique suivante : « Trois personnes n’entreront pas au Paradis : le buveur de vin invétéré, celui qui rompt ses liens de parenté et celui qui croit à la magie » ; puis à la fin il dévoile le secret d’un ou deux tours à ses élèves afin de leur rappeler qu’il ne s’agit que d’une manipulation manuelle habile. Ainsi, quel est votre avis sur cette question, et notamment sur le fait d’exercer cette profession et de gagner de l’argent avec, est-ce licite ou illicite ? Assalam alaykum.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager Mohammed ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Ce que vous appelez des « tours d’acrobatie » est en réalité, légalement et linguistiquement, ce qu’on appelle de la prestidigitation, on trouve ainsi dans un ouvrage intitulé Al-misbâh al-munîr la définition suivante de ce terme : « La prestidigitation c’est un tour de passe-passe durant lequel le spectateur voit ce qui n’est pas réel, comme la magie en somme ; c’est également le fait de montrer des choses extraordinaires grâce à l’utilisation d’instruments, une manipulation manuelle très habile et l’emploi de potions et pierres spéciales (voir Charh al-bahdja).

Les paroles des oulémas se sont succédées pour interdire la pratique de cette profession et tout ce qui en résulte, à ce propos le Hanafite Ibn al-Hammâm a dit : « Le témoignage d’un prestidigitateur, qu’on appelle dans notre région un rusé (dakkâk), est irrecevable, car c’est soit un sorcier soit un menteur, je parle ici de ceux qui vivent de la prestidigitation et qui en tirent profit et non de ceux qui l’ont apprise mais ne la pratiquent pas » (Fath al-Qadîr, Kitâb al-chahâdât).

Le Chaféite Zakariyya al-Ansârî a dit : « Sont illicites la divination, l’astrologie, la prédiction grâce à du sable, des cailloux ou de l’orge, la prestidigitation et le salaire qu’on peut en tirer, c’est-à-dire qu’il est interdit au prestidigitateur de prendre de l’argent en échange de sa prestation, de même qu’il est interdit aux spectateurs de cette dernière de lui donner de l’argent » (Hulwân al-kâhin).

Le Hanbalite Mansûr al-Bahwutî a dit quant à lui : « Ceux qui pratiquent la prestidigitation seront châtiés sévèrement en Enfer ».

On trouve dans Fatâwa al-Ramlî la chose suivante : « La prestidigitation est interdite au même titre que la magie, et de nombreux oulémas l’ont assimilée à de la magie » (Fatâwa al-Ramlî).

Dans le Madjmû’ d’al-Nawawî, il y a la réflexion suivante sur ce même sujet : « Il est interdit de vendre des livres prônant la mécréance ainsi que des livres sur l’astrologie, la prestidigitation, la philosophie et sur les autres sciences erronées et illicites, la vente de ces ouvrages est inutile, car ils n’apportent aucun profit licite » (Kitâb al-buyû’).

Après avoir exposé les paroles de ces différents savants, il apparaît clairement que la pratique de cette profession, son enseignement et le fait d’en tirer un bénéfice pécuniaire sont illicites.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation