Est-il autorisé de faire des invocations après l'iqâma ?
Fatwa No: 298471

Question

Assalam alaykum,
Est-il autorisé de faire des invocations après l'iqama ? Notamment en répétant l'invocation qui est dite après adhan.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

De nombreux oulémas sont d’avis qu’il est recommandé de dire après l’iqâma ce qu’il est recommandé de dire après l’adhân comme la prière sur Prophète () et la demande de la Wasîla pour lui. En effet, le Prophète () a dit : « Entre chaque deux appels à la prière il y a une prière à accomplir. » (Boukhari, Mouslim) Il désigna ici l’iqâma comme un appel à la prière (adhân). Cela démontre donc qu’il est prescrit de le répéter et de faire l’évocation après celle-ci tout comme c’est le cas pour l’adhân. Al-Khatîb al-Chirbînî a dit :

« Il est recommandé au muezzin, à celui qui entend ce dernier et à celui qui fait l’iqâma de prier pour le Prophète () et de le saluer après l’adhân et l’iqâma. En effet, le Prophète () a dit :
« Quand vous entendez l'appel du muezzin, répétez l’adhân après lui, puis prier sur le Prophète, car Quiconque prie sur moi une fois, Allah priera sur lui dix fois en retour» »

Une fatwa du Comité permanent mentionne : « La Sunna veut que la personne qui entend l’iqâma répète ce que dit celui qui le fait, car il s’agit d’un deuxième adhân auquel on doit répondre tout comme au premier. Lorsque la personne faisant l’iqâma dit : "Hayya ‘alâ al-Salât, hayya ‘alâ al-Falâh (Venez à la prière, venez à la félicité)", celui qui l’entend doit dire : "Lâ hawla wa lâ quwwata illâ billâhi (Il n’y a de force et de puissance qu’en Allah)". Puis lorsque le muezzin dit : "Qad qâmati-s-Salât (la prière est imminente)", il dit la même chose et ne dit pas : "Aqâmahâ Allah wa adâmahâ", car ce hadith est Da’îf .
Il a été authentifié que le Prophète () a dit : "Quand vous entendez l'appel du muezzin, répétez ce qu’il dit." Or, cela englobe l’adhân et l’iqâma, car les deux sont appelés adhân. Ensuite, il faut prier pour le Prophète () après la parole de celui qui lance l’iqâma : "Lâ ilâha illallah (Nulle divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah)", en disant : "Allahumma rabba hadhihi al-Da'wati al-Tâmmati wa al-Salâti al-Qâ`imati […] (O Allah ! Seigneur de cette invitation parfaite (les termes de l'appel à la prière qui sont une invitation à l'adoration d'Allah et au monothéisme pur) et de cette présente prière […])" comme après l’adhân. »

Partant, il vous est donc prescrit – selon de nombreux oulémas – de faire la même invocation que celle qu’on prononce après l’adhân. Quant au fait de faire une autre invocation, certains oulémas dirent que cela n’est pas prescrit. Il existe toutefois un avis le permettant. En effet, l’imam Ahmad a dit dans une version, qui est celle suivie par les adeptes de son école, que cela n’est pas recommandé, mais il a dit dans une autre version que cela était recommandé. L’imam al-Mirdâwî, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Il n’a pas été rapporté de l’imam Ahmad qu’il y avait d’invocation particulière recommandée entre l’iqâma et le premier takbîr de la prière, mais il a été rapporté de lui dans une autre version qu’il invoquait Allah entre les deux en levant les mains. » (Al-Insâf)

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation