Refaire des prières accomplies dans un état d'impureté
Fatwa No: 367165

Question

Assalam alaykoum,
Merci pour votre travail, j'ai commencé à prier à 19 ans et j'en ai aujourd'hui 21, et avant de commencer, j'ai appris la salat, le déroulement des ablutions mineures ainsi que celle majeures, et une fois appris je n'ai plus cherché à savoir comment cela fonctionnait vu que c’était acquis, le problème c'est que pour les ablutions majeures ce que j'avais lu était incomplet, je procédais au lavage des parties intimes puis faisais les ablutions mineures et enfin je me lavais le côté droit, épaule, aisselle poitrine, ventre, nombril, puis le côté gauche de même, mais je suis tombé par hasard sur le sujet du ghusl et me suis rendu compte que le mien était incomplet et qu'il manquait le lavement des jambes, c'est-à-dire la partie inférieure ainsi que le passage de la main dans la racine des cheveux, à chaque prière je demande pardon pour ce manquement à Allah, mais qu’en est-il vraiment de ces prières effectuées après le ghusl sachant que j'avais pour intention de me purifier, merci d'avance pour votre réponse.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Si vous sous-entendez que vous vous laviez la partie inférieure du corps, mais sans respecter l'ordre de lavage rapporté dans la Sunna, votre Ghusl est alors valide et vous ne devez rien faire. Quant au fait de commencer pas le côté droit durant le Ghusl, il s'agit d'une recommandation et non d'une obligation. Cela n'est donc pas une condition pour que le Ghusl soit valide. Par contre, si vous sous-entendez par cela que vous vous contentiez de vous laver la partie supérieure du corps et que vous ne laviez pas la partie inférieure du corps, il ne fait alors aucun doute que ce genre de Ghusl n'est pas complet et ne permet pas de se purifier. De plus, une des conditions de validité du Ghusl pratiqué lorsque l'on est en état de Djanâba (impureté rituelle majeure) est que l'eau atteigne la racine des cheveux, que ceux-ci soient longs ou pas, touffus ou pas. Par conséquent, la prière effectuée après un tel Ghusl incomplet n'est pas valide, car l'état d'impureté n'a pas été levé. Or, le Prophète () a dit : « La prière sans ablutions n'est pas acceptée. » (Mouslim)
Nous espérons que vous n’avez pas péché en raison du fait que vous ne le saviez pas, mais vous devez toutefois refaire les prières que vous avez accomplies en état de Djanâba. Certains savants sont, quant à eux, d'avis que les conditions tombent pour la personne qui ignorait leur existence et dans ce cas, vous ne devez donc pas refaire vos prières. Cependant, l’avis que nous adoptons est le premier avis qui est que vous devez refaire vos prières accomplies durant toutes ces années en effectuant chaque jour ce que vous pouvez de celles-ci sans que cela ne vous cause des difficultés et jusqu'à ce que vous les ayez toutes refaites si vous en connaissez le nombre exact. Sinon, refaites-les en nombre suffisant pour acquitter votre conscience.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui