Qui hérite d’une mécréante morte sans laisser d’enfant ?
Fatwa No: 90545

Question

Une femme non-musulmane a acheté un bien immobilier à son nom durant son mariage puis est décédée sans laisser d'enfant ni de testament. Son mari était décédé avant elle. Elle avait gardé son nom de jeune fille après son mariage et gardé sa religion et ses rites non-musulmans. Pouvez-vous nous indiquer à la lumière de la Législation islamique qui hérite de ce bien immobilier ? Sont-ce ses proches du côté de ses parents ou du côté de son mari qui en héritent ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Si cette femme est morte dans la mécréance, ce sont ses héritiers mécréants au moment de sa mort qui héritent d'elle, et cela, qu'ils aient la même religion ou pas, comme le fait qu'elle soit juive et que ses héritiers soient chrétiens par exemple. La raison à cela est que les mécréants sont alliés les uns des autres. Tel est l'avis de la plupart des savants. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Et ceux qui n'ont pas cru sont alliés les uns des autres. [...] » (Coran 8/73)

Quant au musulman, qu’il soit le mari, ou un proche parent par le lignage ou par alliance, il n'hérite pas d'un mécréant. Tel est l'avis de la majorité des savants, car le Prophète () a dit : « Le musulman n’hérite pas d’un mécréant et le mécréant n’hérite pas d’un musulman. » (Boukhari, Mouslim)

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation